Eldar Chronicles - Chap I Part VIII - Le Sang de la Statue

Écrit par Izaë. Publié dans Eldar Chronicles

Yeahhhh Un Magnifique Papillon !!!!

 

8 . Situation désespérée

La pierre recouvrant les ailes de la statue commençait à se craqueler, tombant parfois au sol dans un bruit sourd et résonnant dans toute la pièce. La statue de pierre explosa littéralement, laissant apparaitre un magnifique papillon aux vives couleurs chatoyantes, rappelant la douce crinière des licornes sauvages des contrées harmonieuses.
Ni une ni deux, le papillon se jeta sur Erommir et le piqua à la main tout en lui jetant du pollen dans les yeux. Il s’attaqua ensuite à Jager, lui aussi aveuglé par le pollen rose projeté par la trompe du papillon géant.

Tandis que Nevii tentait de refaire ses lacets, Dryade s’amusait à faire un avion en papier avec la carte sanglante qui tomba dans la fontaine de sang, éclaboussant ainsi la robe d’Arguros qui sortait du pressing. Izae tentait de calmer la dispute entre Dryade et Arguros qui réclamait remboursement pour l’horrible tâche de sang sur sa jolie robe bien moulée.

Lorsqu’Erommir et Jager retrouvèrent la vue et que le pollen se dissipa, ils étaient face à face. Un sentiment d’amour très fort faisait battre leur cœur. Ils tombaient dans le regard profond l’un de l’autre tout en affichant un petit sourire timide, exprimant la puissance de leurs émotions. Ils s’embrassèrent, tendrement d’abord, vigoureusement ensuite. Tout en s’offrant de doux câlins romantiques.

Syra avait réussi à fabriquer un filet géant et courrait comme un dératé après le papillon tout en chantant du Miley Cirus dont il était un grand fan. Mais le papillon était trop rapide, et faisait sortir un liquide arc-en-ciel qui fit glisser l’ingénieur, qui se brisa la colonne vertébrale et devint paraplégique.

Izae n’en croyait pas ses yeux… il se demandait comment une telle scène d’abomination était possible. Il s’avança près de l’emplacement où se tenait précédemment la statue. Un panneau se tenait là, planté à côté de la stèle. Izae pouvait lire quelque chose mais c’était écris en tout petit.
Il se rapprocha et pouvait à présent distinguer deux mots : POISSON D’AVRIL !!!!
 
 

[Mouhahahahahaah bon allez maintenant la suite pour de vrai :)]

 

8. La sang de la statue


La pierre recouvrant les ailes de la statue commençait à se craqueler, tombant parfois au sol dans un bruit sourd et résonnant dans toute la pièce. « Il arrive… », Dryade était pétrifiée par la peur lorsqu’elle s’aperçu des indications de la carte. Elle décida de ne pas alerter le reste du groupe afin d’éviter de les plonger dans la même frayeur dont elle était victime.

Le sang de la fontaine s’agitait, débordant parfois même sur le sol tant il était en mouvement. Tout à coup, la totalité du liquide rouge s’éleva hors du réceptacle et forma une silhouette humanoïde. Elle resta en suspension durant quelques secondes, avant de s’engouffrer dans les brèches de la statue en pierre.
Tous restaient bouche bée devant cet effroyable spectacle. La statue était devenue vivante ! Une lumière vive s’échappait à présent d’entre les pierres, ce qui lui donnait un air encore plus terrifiant. Izae sortit ses marteaux, regardant le reste du groupe afin d’analyser la situation et de se préparer au combat. Il était en train de réfléchir à une stratégie en repérant tous éléments extérieurs pouvant les aider face à cette immense statue de pierre.

Le sang parcourait les moindres fissures de la statue. Ses ailes étaient grandes ouvertes et scintillaient d’un rouge vif écarlate, le rouge du sang. Le visage de la statue restait caché sous la capuche de pierre. Dans un mouvement rapide, elle écarta les bras, laissant apparaître une immense épée dentelée.
Erommir sentait son bouclier se faire de plus en plus lourd, Jager posait son espadon sur son épaule dans l’attente des directives d’Izae. Syra était en train de bidouiller dans son sac tandis que Dryade avait rangée la carte et caressait déjà les plumes d’une de ses flèches.
Une sombre voix spectrale résonna dans leur tête :
« - Vous n’avez pas votre place en ce lieu ! Le sang qui coule dans vos veines sera à présent totalement mien… »

Arguros envoya une immense boule de feu sur la statue qui brisa la capuche de pierre, laissant apparaitre un visage aussi hideux qu’effrayant. De sombres cornes dominaient ce visage démoniaque dont la simple vision aurait fait frémir les plus téméraires. Une langue aussi perfide que celle des serpents se faufilait entre d’immenses crocs aiguisés, qui descendaient sur un menton pointu où de nombreuses fissures étaient visibles. Cette statue était sans nul doute à l’effigie d’un démon.
Suite à la vision d’horreur de ce visage, le groupe resta figé, redoutant un affrontement contre ce gigantesque ennemi. La statue démoniaque descendit de son socle. Chaque pas provoquait un sourd bruit qui faisait trembler l’ensemble de la pièce.
Izae hurla : « MAINTENANT ! »

Jager et Erommir foncèrent en direction de leur ennemi, armes en main. Pendant leur charge, leurs oreilles perçurent le sifflement puissant de la flèche tirée par Dryade. Le projectile venait de passer entre leurs deux têtes, avant de se briser contre les pierres solides de l’effigie. Lorsqu’ils arrivèrent à portée ils s’écartèrent chacun d’un côté, ce qui permis à une seconde boule de feu de jaillir en direction de la statue, qui recula de quelques mètres sur le choc.

Lorsqu’elle reprit stabilité, la statue s’aperçut qu’une ombre venait de lui atterrir dessus. Nevii avait profité de la boule de feu d’Arguros pour se jeter sur son dos afin d’accéder rapidement à son visage. Les ailes de pierre projetèrent Nevii contre une colonne, mais il parvint à s’accrocher aux chaînes pendantes pour amortir sa chute. La voix spectrale reprit :
« Vous ne pouvez rien contre moi… L’immortalité vous est inconnue. En revanche pour ce qui est de la mort… ce n’est plus qu’une question de temps !»

Izae hurlait des indications de combats, tout en chargeant dans la bataille, il se baissa, esquivant ainsi de justesse l’énorme coup d’épée que la statue tentait de lui donner. Il assena 3 coups de marteaux qui craquelèrent le flanc de l’effigie. Jager fut expulsé du combat par un coup de lame qu’il avait réussi à parer avec son espadon. Arguros invoqua une nouvelle boule de feu que la statue découpa littéralement avec son épée dentelée.
« Votre magie n’est rien comparé à la suprématie de mon pouvoir… »

Erommir profita de ce moment pour donner un coup de bouclier à la statue pour la déséquilibrer. Il ressenti une forte douleur lui parcourir l’avant-bras, c’était la première fois que sa protection lui faisait défaut. La statue exploita le désarroi d’Erommir qui, surpris par l’inefficacité de son bouclier, ne vit pas l’attaque arriver. Il fut projeté sur quelques mètres. Mais il était surpris de voir qu’il n’avait pas reçu le coup porté par la statue. Syra le regardait, sourire aux lèvres. Tout en lui faisant un clin d’œil, il lui dit d’un air très fier:
« Les bottes fusées Ero, les bottes fusées ! »

Le combat faisait rage entre le groupe et la statue, qui ne semblait pas être affaibli par la durée de l’affrontement. La fatigue commençait à gagner le groupe qui investissait énormément d’énergie à esquiver les coups puissants de la statue. Les flèches de Dryade étaient inutiles, elle cherchait dans sa mémoire quelques informations au sujet d’objets et artefacts possédés pour pouvoir trouver un moyen de détruire l’effigie démoniaque. Elle se souvint qu’un artefact possédé était récepteur d’une puissance émise par une source de pouvoir. Et que pour détruire l’artefact, il fallait détruire la source du pouvoir.

Elle pensait à voix haute « La source, la source…. » Puis, trouvant la solution, cria au reste du groupe :
« Mais oui c’est bien ça ! La fontaine ! Il faut détruire la fontaine !
- Détruire la fontaine ? Ça va être un jeu d’enfant ! » S’exclama Arguros, en envoyant une boule de feu qui frappa de plein fouet le réceptacle. La fontaine s’était tout juste noircie mais cela n’avait aucune influence sur la statue.
« Tu es bien sûr que c’est la fontaine qu’il faut détruire Dryade ? Ça n’a aucun effet sur elle ! » Dit Jager en esquivant un coup d’épée.
« Il faut trouver un moyen d’affaiblir cette statue. » hurla Erommir, qui était épuisé par le combat et déstabilisé par ce qu’il venait de se produire avec son bouclier. Izae eut une idée de génie en tête !
« Utilisez les chaines pour entraver la statue et la faire chuter au sol ! »

Arguros attira l’attention de la statue en s’approchant d’elle et en lui projetant une boule de feu sur le visage. Au même moment, Nevii passa devant elle et bondit sur une colonne. La statue donna un coup dedans et la brisa en morceaux. Son bras passait au milieu d’une boucle formée par la lourde chaine en fer qui faisait jonction entre les colonnes. Dryade attira son attention en lui balançant une pierre dans la tête. Lorsque la statue tenta de porter un coup à la chasseuse de trésor, son bras se coinça entre les chaines et était à présent piégé.

Jager et Erommir tentèrent de déséquilibrer la statue en poussant sur ses jambes, mais ils furent expulsés d’un battement d’aile.
« Piètres être mortels ! Pensez vous que ces chaines m'entraverons indéfiniment ?! »
Lorsqu’elle regarda en direction de son bras piégé, elle se rendit compte qu’une grosse bombe était posée dessus, juste à côté de sa tête. Syra siffla deux fois, pour appeler l’effigie à le regarder. Arguros se tenait aux cotés de l’ingénieur, et tout en souriant, projeta l’ultime boule de feu en direction de la bombe, qui explosa littéralement la tête et le bras de la statue. En tombant au sol, elle s'écroula sur la fontaine, la détruisant ainsi en plusieurs morceaux.

Le groupe poussa un soupir de soulagement après cette longue épreuve délicate. Et lorsqu’Erommir s’approcha de la statue pour vérifier qu’elle était bien inanimée à nouveau. Il reçut un énorme coup de poing latéral qui le projeta au sol, inconscient. Dryade sauta à l’emplacement de la fontaine détruite et se saisi de la dague qui était plantée dedans. Elle l’enfonça profondément au niveau du cœur de la statue. La réaction fut immédiate, la lueur rouge qui semblait animer la statue devint moins vive et le sang contenu dans l’effigie se répandait sur le sol.

Le sang semblait se mouvoir, comme s’il était vivant. Il avançait lentement sur le sol sans attirer l’attention du groupe, qui ne s’aperçut que trop tard de ce qu’il était en train de se produire. Le sang était en train de s’infiltré dans le bouclier d’Erommir, inconscient.

Le bouclier qui était à l’origine bleu, puis s’était teint en violet suite au sortilège des ritualistes, était maintenant nimbé de la couleur rouge…

La couleur du sang…