Eldar Chronicles - Chap I Part X - La dague sombre

Écrit par Izaë. Publié dans Eldar Chronicles

Ouhhouuu Fin du chapitre :) Enjoy

 

La foule de ritualistes commençait à encercler le groupe qui était vraiment dans la pire situation qu’ils pouvaient imaginer. Ils étaient sept contre une centaine de sombres pratiquants de magie. La victoire était impossible.
« Syra ! Il faut vraiment que tu fasses quelque chose là, surpasse toi mais sors nous d’ici ! », la voix d’Izae était tremblante.
« - Oui, oui ! J’me dépêche ! », répondit l’ingénieur qui semblait perdu dans son sac.
Les ritualistes proches du groupe commencèrent à les attaquer. Jager s’enleva la robe noire dans un mouvement puissant qui attira l’attention de quelques ennemis. Son armure scintillante et sa posture déterminée à un combat à mort fit froid dans le dos des ritualistes en première ligne, face à lui.

Le groupe formait un cercle afin d’avoir un maximum d’angle de vue. Cette stratégie de combat avait été mise en place par Erommir et Izae lors d’entrainement de combat en sous-nombre. Au milieu de ce cercle, Syra bidouillait entre outils, poudres et rouages. En regardant ses troupes, Izae se rendit compte qu’il manquait Dryade. Paniqué, il tentait de la trouver du regard mais l’approche des ritualistes l’empêchait de se concentrer sur sa recherche.

Nevii ne tenait pas moins de 8 dagues de lancer dans ses mains. Il affichait son sourire narquois habituel malgré l’adrénaline qui montait. A sa gauche, Arguros se tenait en position, prêt au combat. De gigantesques flammes s’échappaient de ses mains. Erommir sentait son sang bouillir dans ses veines, la haine qui le rongeait n’allait pas tarder à se répercuter sur ses ennemis.

La vague de ritualistes ne tarda pas à s’abattre sur le groupe qui tenait de façon assez spectaculaire face aux assauts incessants des mages sombres. Le chef ritualiste criait de toutes ses forces ordonnant à ses fidèles de se dépêcher. Sa colère combinée à la surprise de voir des intrus en pleine cérémonie provoqua une cohue générale dans la salle. La plupart des ritualistes ne savait où donner de la tête tant la pièce était pleine.

Dryade avait profité de l’attention portée sur la gemme scintillante qu’avait Arguros dans la main pour se faufiler discrètement au milieu des ritualistes. Elle ne quittait pas le livre des yeux, cherchant absolument à s’en emparer. Ce désir qui la rongeait dépassait toutes ses émotions. Elle était déterminée à récupérer ce grimoire. Elle y était presque ! Elle n’était qu’à quelques pas de son objectif. Lorsqu’elle posa enfin la main sur le livre, l’image du visage du démon frappa son esprit très violemment. Elle se rendit alors compte que le chef des ritualistes lui avait fermement attrapé le bras.

Les yeux du ritualiste devinrent complètement noirs. Il afficha un sourire transpirant de sadisme et, sortant une dague obscure de sa ceinture, il interpella la salle d’une voix si sombre que les combats cessèrent.
« Que le sang vous submerge tous. Voici le sort réservé à ceux qui se mettent en travers de nos desseins ! »
D’un mouvement rapide, la dague sombre transperça l’armure de cuir de Dryade. La douleur était si forte ! Elle sentait cette lame au plus profond de son abdomen. Elle laissa s’échapper un cri effroyable aux oreilles d’Izae. En s’effondrant sur l’autel, elle arracha deux pages du livre.

Lorsque le cri de Dryade retentit dans la pièce, les yeux d’Izae se remplirent de rage. La vision insoutenable de la voir se faire poignarder le mit dans une colère à faire tomber les écailles d'un dragon. Il chargea en direction de l’autel, dans un cri poignant qui fit frissonner le reste du groupe. Nevii ne souriait plus, Arguros ne voulait pas y croire. Jager se tenait la tête comme s’il ne voulait pas réaliser ce qu’il venait de se passer. Erommir était lui aussi rentré dans une rage noire et continuait le combat, faisant de gros dommages dans les lignes ennemies.
Syra ne bidouillait plus dans son sac, il suivait Izae dans sa course vers l’autel pour lui permettre de se rapprocher rapidement de Dryade. Izae fit une percée impressionnante dans les rangs des ritualistes qui s’effondraient un à un sous les coups puissant de ses marteaux. Les bruits d’os se brisant sous ses frappes donnaient froid dans le dos des assaillants, qui hésitaient avant de passer à l’attaque. Syra réussit à rattraper Izae, l’attrapa sur le flanc, donna un coup sec sur ses bottes.

Des flammes jaillirent, les propulsant vers l’avant et gagnant ainsi de nombreux mètres les rapprochant de l’autel. Pendant le passage au-dessus des lignes ennemies, l’ingénieur lui chuchota une phrase lui apportant le soutient qu’il avait besoin en ce moment si horrible.
« Fais le payer ! »

La réception d’Izae était parfaite, il continua à charger dans les lignes ennemies et n’était qu’à quelques pas de Dryade, tandis que Syra se retrouvait seul face aux ritualistes qui lui barrait la route. L’ingénieur sorti ses deux pistolets chargés de poudres explosives et tentait tant bien que mal de tenir bon.

Le reste du groupe tentait de rejoindre Izae mais les ritualistes étaient trop nombreux et la victoire paraissait de plus en plus lointaine. Les blessures commençaient à s’accumuler du côté du groupe. Ce n’était certes rien comparé au destin funeste des ritualistes qui avaient mené l’assaut. Les ritualistes commencèrent à décharger tous leurs pouvoirs sur le groupe qui ne pouvait résister face à une telle magie. L’énergie sombre qui déferlait sur eux était en train de les clouer au sol, petit à petit. Lorsque Jager posa un genou à terre sous le poids du sortilège, il pensait que l’heure du départ vers le Dernier Continent était venue. Il posa sa main sur l’épaule d’Erommir en lui affichant un sourire. La rage d’Erommir cessa net face au geste de Jager. Il répondit également par un sourire pensant que sa serait la dernière image qu’il donnerait à son vieil ami. Les mains d’Arguros commençaient à trembler. Il se concentra et poussa un cri bref, émit une énorme onde de choc qui balaya tous les ritualistes sur 10 mètres autour du groupe.

Après avoir abattu des dizaines de ritualistes, Izae se tenait face au sombre chef qui avait poignardé Dryade. Son sang coulait goutte après goutte sur le sol froid de cette sordide salle. Le ritualiste envoya un puissant trait d’énergie sombre en direction d’Izae qui recula sous l’impact du sortilège. Il continuait d’avancer. S’entremêlaient des flashbacks de moments passés avec Dryade, notamment au sein du groupe et de leurs aventures ensemble. Sa haine était grande, et cela lui conférait la force nécessaire pour surmonter le pouvoir du chef ritualiste. Malgré toute la puissance qu’il mettait dans le sortilège, il avançait encore, le chef ritualiste commença à ressentir une émotion qui lui était inconnue jusque-là : la peur.

Izae tendait la main en sa direction, jusqu’au moment où il réussit à l’attraper par la mâchoire. Le sortilège cessa net. Le chef ritualiste tenta de se libérer de l’étreinte de la main de ce guerrier qui avait surpassé ses pouvoirs. Dans une rage légitime, Izae mit toutes ses forces dans le coup de marteau qu’il donna dans la mâchoire du chef ritualiste, qui tomba lourdement au sol, vide de vie.
Izae s’approcha de Dryade, qui souffrait le martyr. Il n’osa pas retirer la dague qui était plantée profondément dans son abdomen. Il la porta dans ses bras et tenta de se frayer un chemin au milieu des ritualistes.

Mais ils étaient beaucoup trop nombreux et fondaient sur lui tel des rapaces plongeant sur une proie. Il pouvait entendre Syra continuer de tirer des coups de feu. Tout à coup, les 7 ritualistes qui lui barraient la route tombèrent après avoir craché un dernier souffle de vie. Nevii et Jager avaient réussi à se frayer un chemin pour escorter Izae. Erommir et Arguros étaient allés porter secours à Syra qui hurla :
« C’est le moment ! Rendez-vous à la grande porte ! »

A cet instant précis, il jeta en l’air une quinzaine de boules noires qui explosèrent au bout de quelques secondes, plongeant l’ensemble de la salle dans une épaisse fumée noire. Mains sur l’épaule, ils avançaient dans l’obscurité en direction de la grande porte. Les ritualistes complètement désorientés par la situation ne pouvaient empêcher leur progression. Certains tentaient de s’interposer mais allaient rejoindre leurs créateurs aussi rapidement qu’ils étaient venus au monde.

Arrivés à la grande porte, ils étaient tous présents. Izae était satisfait de se rendre compte que tout le monde était présent. Ils étaient tous blessés, recouverts de sang, mais vivants. Malgré la peur qui le rongeait quant au sort de Dryade, il restait fort et impassible sur son visage.
Une voix venant d’un couloir les interpella :
« Par ici ! Suivez-moi !! »
Ils ne savaient pas qui il était, mais la fumée commençait à se dissiper dans la salle. Ils décidèrent de le suivre même s’il y avait de fortes chances qu’il s’agisse d’un piège. Ils couraient aussi rapidement qu’ils pouvaient, n’apercevant que succinctement la direction dans laquelle cet inconnu les emmenait.

Après quelques minutes de courses, les couloirs se faisaient de plus en plus étroits et la neige à nouveau présente. Nevii jubilait à l’idée de retrouver la sortie. Ils retombèrent dans la salle de la fontaine, celle où ils avaient livré bataille contre la statue. Une des dalles du sol était ouverte.
« Une trappe secrète ! Allons-y ! » s’exclama Arguros.
« Et si c’est un piège ? » Répondit Nevii, inquiet de s’enfoncer encore plus profond dans la montagne.
« On n’a pas le temps pour les inquiétudes, on y va ! » dit Izae d’une voix ferme.

La trappe menait jusqu’à des escaliers de glace, qui montait vers la lumière. Au bout d’une demi-heure d’escalade dans les escaliers, ils étaient épuisés. Ils s’étaient relayés pour porter Dryade malgré la fatigue qui les touchait. Les larmes qui coulaient sur ses joues pales étaient déchirantes à voir pour le groupe qui compatissait à la douleur qu’elle pouvait ressentir. Ils investissaient toute leur énergie pour pouvoir au plus vite lui attribuer des soins.

La lumière se faisait de plus en plus présente dans les escaliers qui semblaient remonter vers la surface. L’inconnu se tenait debout, tout en haut des escaliers, il les attendait. Etant dos au soleil, le contraste avec l’obscurité des profondeurs empêchait le groupe de pouvoir distinguer le visage de cet inconnu qui les aidait à sortir des profondeurs des Monts de Niridor. Une fois à la surface, tous respiraient cet air si pur qu’ils avaient oublié pendant le temps qu’ils ont passé dans le gouffre : l’air de la surface.

L’inconnu était cette fois de dos, comme s’il souhaitait entretenir le mystère jusqu’au bout. Etait-il ami ou ennemi, c’est ce qu’Izae voulait bien savoir. Tandis que Jager portait Dryade, il s’adressa à cet inconnu :
« A qui devons-nous la reconnaissance pour nous avoir aidé à retrouver la sortie ? Qui êtes-vous ?
- Quelqu’un que vous connaissez très bien ! » dit l’inconnu tout en se retournant.
« -Max ?!! »
La surprise était générale. Max Luxon était un des membres de la communauté qui n’était absolument pas censé être dans les Monts de Niridor. Max était un homme de taille moyenne, vêtu d’une chemise noire qui terminait sur une large ceinture de cuir, dominant un pantalon marron qui s’enfonçait dans des bottes de cuir tâchées de boue. Il portait un genre de chapeau orné d’une plume grise cendrée qu’il ne quittait jamais. Il n’avait pour arme qu’une sorte de bâton gravé et orné d’argent où trois pierres de couleur rubellite semblaient flotter en apesanteur autour du bout du bâton.
« Qu’est-ce que tu fais ici ? Comment nous as-tu retrouvés ? » demanda Arguros, curieux de connaitre les raisons de sa venue.
« Nous verrons ça après, il faut s’occuper de Dryade. » proposa Jager, inquiet de la survie de la chasseuses de trésor.

Un énorme bruit sourd résonna dans toutes les cimes des montagnes. Un sombre son de cor provenant du couloir des escaliers. La troupe en eut des frissons, rien qu’à l’entendre. Le stress envahi peu à peu le groupe, qui craignait d’avoir été suivi. Il leur fallait faire vite, pour soigner Dryade et vite trouver un endroit où ils seraient en sécurité.
Nevii ne pouvait s’empêcher de sourire et de s’émerveiller devant la beauté de la surface. Comme s’il la découvrait pour la première fois. Arguros Syra et Jager étaient autour de Dryade, qui murmurait des mots incompréhensibles et qui semblait souffrir terriblement. Jager compressait la plaie avec sa main autour de la dague tandis qu’Arguros préparait du feu pour lui faire cicatriser la plaie. Syra quant à lui faisait chauffer une aiguille à laquelle il accrocherait un fil tressé pour recoudre la blessure de Dryade.

Erommir quant à lui avait le regard vide, il semblait très pensif, il était comme sans énergie. Il sentait ses mains trembler, son cœur s’emballait de plus en plus vite. Dans son esprit seul le sang était présent. Son bouclier se mit à briller, d’une lumière très vive écarlate. La poche d’Arguros se mit également à briller mais personne ne s’en rendait compte excepté Erommir puisqu’ils étaient occupés à guérir Dryade.
Le sang débordait dans son esprit, il le submergeait et était en train de le noyer. Petit à petit, quelques gouttes de sang dégoulinèrent de ses yeux et de ses narines. Il avait totalement perdu le contrôle, son esprit se perdait dans les remous sanglants des profondeurs de Niridor. Ses yeux devinrent complètement noirs, exactement comme les sombres ritualistes du gouffre.

Après avoir donné une accolade à Max pour le remercier de les avoir sortis des profondeurs du gouffre, et lorsqu’Izae se retourna pour voir comment allait Dryade, il vit Erommir, armes au poing, les yeux totalement noirs avancer dans le dos du groupe. Avec son bouclier luisant de la couleur du sang, Izae était impuissant devant l’image d’Erommir levant son épée en direction de Jager…

Fin.